Tong-Len Charitable Trust - Compassion in Action: charity based in dharamsala supporting displaced communities in Himachal Pradesh, India. Compassion in Action
 

Programmes sanitaires

Les conditions de vie précaires sont la norme pour les communautés délocalisées. La plupart des camps manquent d’eau potable et de toutes formes d'hygiène. Là où l'eau est disponible, il y aura l’ignorance la plus totale sur les règles de santé et d'hygiène les plus élémentaires. Ceci conduira beaucoup d’entre eux à utiliser l'eau de rivière sale plutôt que de se rendre à  un puits plus éloigné. Le savon et les brosses à dents sont des objets de luxe inaccessibles. Il n’existe aucune infrastructure prévue pour l'évacuation des déchets, et les ordures qui s’amoncèlent et attirent les chiens errants, les parasites et la vermine. Pendant les mois d'hiver, les températures peuvent chuter en-dessous de zéro, et dans ce climat de lourde mousson pendant l’été, les pluies provoquent des inondations qui aggravent la situation. L'abri de base n’est constitué que de simples bâches en plastique fixées sur des appuis en bois. Cette installation sommaire ne résiste pas aux conditions climatiques extrêmes.

La pathologie est répandue dans les campements. Les maladies de peau,  les affections gastro-intestinales et leurs infections sont endémiques. Les troubles respiratoires, la malnutrition, les carences en vitamine et les transmissions de maladie par le sang sont très courantes. La poliomyélite, la lèpre et la tuberculose ne sont pas encore éradiquées.  Les coupures, morsures, brûlures et autres blessures sont fréquentes. Les blessures les plus mineures soient elles s’infectent la plupart du temps, et dans ces conditions, menacent la vie ou entraînent une invalidité permanente et une défiguration.


Les jeunes enfants et les nourrissons sont les plus à risque. Beaucoup de bébés naissent  encore ou meurent dans les premières semaines de vie. Souvent, ils viennent au monde prématurément. Il n'y a pas de soin prénatal ou post-natal. Les femmes accouchent dans des conditions sordides dans le camp, encadrées uniquement par leurs familles. Beaucoup de ces mères sont encore adolescentes, et n’ont reçu aucune information sur la contraception et les maladies sexuellement transmissibles.


Le gouvernement indien donne des consultations médicales gratuites dans leurs hôpitaux, mais les tests et les traitements médicaux sont chers. Le coût moyen d'une simple prescription est d’environ 1,80 $, ce qui dépasse largement les moyens des populations pauvres. La conséquence est donc souvent que les gens meurent pour la simple raison qu’ils n’ont pas pu se payer les soins médicaux ou chirurgicaux. Les soins dentaires sont également exorbitants et ils n’y ont donc pas accès non plus.

La Clinique Sanitaire


En 2008, un partenariat s’est développé entre le Rotary Club Noon de Greenville en Caroline du Sud, le Rotary Club de Dharamsala, en Inde, et le Rotary International. Un regroupement de bourses du Rotary à permis à TONG LEN d’acheter un véhicule pour en faire une clinique sanitaire ainsi que des fonds destinés aux frais de fonctionnement et aux salaires des employés pendant une année. Au final, TONG LEN peut désormais offrir ses services à sept des camps de nécessiteux dans la région, alors que la situation est critique et les soins médicaux requis d’urgence pour plus de 3000 personnes.
Trois types de cliniques tournent régulièrement à tour de rôle dans chacun des camps :

  1. La clinique de vaccination : Des efforts considérables sont nécessaires  face à la crainte et la résistance culturelle à l’égard de la vaccination, mais aussi miniment qu’ls soient, ils contribuent à éliminer les causes de décès les plus basques chez les touts petits.
  2. Clinique « sous la barre des 5 ans » : pratiquement 100 % des petits enfants des camps souffrent de malnutrition et sont trop faibles pour se développer normalement.
  3. Clinique Générale : Prévue initialement comme une simple clinique de soins traumatiques, la clinique générale s’est élargie pour apporter des soins à tous, quelque soient leur âge, y compris les soins prénataux, traumatologiques ou les soins chroniques.

Plus de 3 douzaines de camps avec un recensement combiné de plus de 30 000 personnes ont été identifiées dans la région, il y a donc un urgent besoin d’élargir les services médicaux à une plus large population.

 

 

Vaccination of small child
 
Child with broken arm
 
Mother and child